L'Architecture d'Aujourd'hui, n° 378

Arts
Extrait de traduction: 

The End

Hollywood kills the city. Millions of people have witnessed New York being destroyed - over and over again. Ever since the Hollywood film industry has existed the Big Apple has fallen victim to comets, riots, aliens, monsters and natural catastrophes. New York in its role as the ultimate urban settlement is an easy target and highly recognizable. Other cities that the global audiences recognize are Washington DC, Los Angeles and sometimes even London and Paris, the latter are always clarified with an innovative way of blasting the Eiffel Tower and Big Ben into shreds.

 

Hollywood itself is part of a metropolis, but highly suburban. The suburbs are considered to be the safe home of the global audience and therefore the favorite décor of horror movies. Few disaster movies destroy suburbia or the countryside. Disaster movies need the city to provide a global scale. Flood, burn, trample or eat New York and the global event is guaranteed. In Roland Emmerich’s latest movie, which has strong parallels to the current global financial crisis, only rural Africa is spared when, in the mother of all disaster movies, “2012”, all other civilizations are destroyed. In this movie the White House is smashed by a flight deck carrier. Quiet a novelty.

 

 Al Qaida made use of this unwritten principle of movie making when it attacked New York at a well-chosen hour in order to attract maximum global TV audiences. It could easily have been a Hollywood script with such globally recognizable targets as the Twin Towers, the Pentagon and assumingly either the Capitol or the White House.

 

However, after the destruction there is always a happy end, the aliens are beaten, a dog is saved or a sunset rises over the destruction. A new beginning with an enormous task for architects.

Fin

Hollywood tue la ville. Des millions de personnes ont vu New York se faire massacrer en boucle. Depuis que l’industrie du film hollywoodien existe, « the Big Apple » s’est faite croquer par les comètes, les émeutes, les aliens, les monstres et autres catastrophes naturelles. New York, ultime berceau d’urbanité, est une cible parfaite reconnaissable entre toutes. D’autres villes lui volent parfois la vedette sur la scène mondiale : Washington, Los Angeles, parfois même Londres et Paris, les deux européennes invariablement nettoyées, qui de sa Tour Eiffel, qui de son Big Ben, par des joujoux inédits toujours plus explosifs.

 

Hollywood elle-même fait partie d’une métropole, par ses banlieues surtout. Les banlieues,ces havres de paix des spectateurs du monde entier, et donc, quoi de plus logique, décor favori des films d’horreur. Peu de films catastrophe prennent pour cible banlieues et campagnes. Il faut à ces films une ville pour frapper à l’échelle du monde. Inonde, brûle, piétine ou mâche New York, et le monde entier le saura. Dans le dernier film de Roland Emmerich, « 2012 », archétype des films catastrophe dont les parallèles avec la crise financière actuelle ne manquent pas, seule l’Afrique rurale est épargnée quand toutes les autres civilisations disparaissent. Même la Maison Blanche se fait atomiser. Par un porte-avion. Pas banal.

 

Al Qaida avait déjà usé de ce principe cinématographique tacite, en attaquant New York à une heure opportune pour masser les foules mondiales devant le petit écran. Presque un scénario estampillé « Hollywood », avec ses cibles reconnaissables dans le monde entier : Tours jumelles, Pentagone et, au choix, le Capitole ou la Maison Blanche.

 

Mais toute bonne destruction se devant de finir dans la joie et la bonne humeur, les aliens sont défaits, un chien est sauvé ou le soleil se lève sur un champ de ruines. Un nouveau départ et beaucoup, beaucoup de travail pour les architectes.

 

 

Collectivity Word 2003

On Collectivity

A collective TReC article | Ekim Tan & Diana Ibáñez López | www.theresponsivecity.org­

Aren’t we all bored with rhetoric that launches into grandiose criticism of how the modernist city planning in the post-war era swept away the complexity of old cities, their quasi-organic forms, their mixed uses? Having spent all that energy on this criticism, weak suggestions follow of how today’s cities need to challenge the mega master plans and conclude with romantic slogans like "Small is beautiful!"

A more direct answer to 21st-century city questions in fact lies in carefully scrutinizing and improving the counter movements to modernist planning that flourished in the 1970s. "Advocacy planning" began in North America with professionals calling themselves "counter-professionals" and aiming to express the user’s view. While designers were looking for ways to advocate users, a British architect, John Turner, was taking a more extreme position; the user was meant to be the designer, not the professional. "The freedom to shape" one's own environment was an existential value, drawing inspiration from Lima’s barriadas, a form of urban squatter settlement in the Peruvian capital. Although these attacks on modernist city-making seemed to have a promising impact on architectural disciplines, they were soon pushed aside as products of a politically marginal movement and these daring ideas quickly vanished in the neo-liberal atmosphere of 1980s.

 

Collectivity Word 2003

De la collectivité

Un article collectif TReC | Ekim Tan & Diana Ibáñez López | www.theresponsivecity.org­

Qui peut encore supporter cette critique sentencieuse baignée de rhétorique, selon laquelle l’urbanisation moderniste des villes après-guerre a balayé d’un revers de main la complexité des vieilles villes, leurs formes quasi-organiques, la mixité de leurs usages ? À en croire la faiblesse des propositions actuelles – les villes d’aujourd’hui doivent remettre en question les grands plans d’urbanisation - et le romantisme de leurs slogans, « Tout ce qui est petit est mignon ! » en tête, la critique semble avoir épuisé leurs auteurs.

Une réponse plus directe aux questions sur la ville du 21e siècle consiste à analyser en détail, en vue de les affiner, les contre-mouvements à l’urbanisation moderniste, très en vogue dans les années 1970. La théorie urbanistique de l’ « advocacy planning », par exemple, est née en Amérique du Nord dans l’esprit de professionnels autoproclamés « contre-professionnels » et animés d’une farouche volonté d’exprimer la voix des utilisateurs. Alors que les concepteurs cherchaient des moyens de défendre cette voix, un architecte britannique, John Turner, adopta une position plus radicale : l’utilisateur, et non le professionnel, devait être le concepteur.  « La liberté de donner forme » à son propre environnement était une valeur existentielle inspirée des barriadas de Lima, sortes de squats urbains rencontrés dans les rues de la capitale péruvienne. Perçues comme les produits d’un mouvement politique marginal, ces attaques sur la vision moderniste de l’urbanisation des villes, bien que pleines d’audace et promises à un bel avenir dans la refonte de l’architecture, furent vite écartées. Elles disparurent dans la vague néolibérale des années 1980.

 

 

 

Urbanism as political

Nike, Pepsi, Apple, Prada. London, Miami, Sydney, Prague. In late capitalism, everything is a brand, even you. Where once products were the lifeblood of the city, now cities ape the behaviour of products. If there is still a difference, it is simply that corporations are so good at branding and cities, by and large, so bad at it. Has a city ever achieved the brand essence of a Nike (“Just do it”) or a McDonald’s (“I’m lovin’ it”)? Can cities achieve added value through branding, or does branding always underestimate the city’s qualities?

 

When Henri Lefebvre said that urbanization was replacing industrialization he wasn’t just referring to the rapid expansion rates of cities. The implication was that cities were the new products. By that logic, “urbanization” takes on a slightly different inflection, meaning not just the proliferation of urban conditions but the behaviour of cities as commercial entities in a macro-economy of places. We shop for cities on the Internet. This winter, is it Cape Town or Rio? This summer, is it Palermo or Nice? With easyJet as our shopping trolley, the weekend city break is just another form of commodity fetishism.

 

But it’s not just about tourism, it’s about power. We think that we are citizens in our own cities and consumers in the others. But our homes need us just as Microsoft needs us. They need our work, our creativity. There is a parallel stock market in which cities get ranked in indexes of power (topped by New York, London, Paris and Tokyo, in that order) and there is a direct correlation between their position and their brand identity. What is not clear is how much their branding influences their power. Do powerful cities even need marketing departments, or is that the preserve of the second city, desperately trying to punch above its weight?

 

L'urbanisme outil politique ?

Nike, Pepsi, Apple, Prada. Londres, Miami, Sydney, Prague. Dans la version récente du capitalisme, tout est marque, vous y compris. Hier, les marques coulaient dans les veines de la ville. Aujourd’hui, la ville singe les marques. À qui la faute ? À ces entreprises si douées pour vendre une marque quand les villes sont si empotées, et le mot est faible, pour faire de même. Quelle ville a fait aussi bien que Nike (« Just do it ») ou que McDonald’s (« I’m lovin’ it ») ? Les villes ont-elles intérêt à se vendre au travers d’une marque ? Est-ce le meilleur moyen de faire valoir ses qualités ?

 

Lorsqu’Henri Lefebvre parlait d’urbanisation succédant à l’industrialisation, il ne parlait pas que de l’expansion rapide des villes. Il voyait dans les villes de nouveaux produits. Dans son esprit, le terme d’ « urbanisation » prenait une nouvelle signification : de la prolifération des conditions urbaines, il en venait à désigner le comportement des villes comme entités commerciales dans la macro-économie des lieux. Nous achetons nos villes sur Internet. Cet hiver, plutôt Cape Town ou Rio ? Et cet été, Palerme ou Nice ? Avec easyJet comme caddie, la virée du week-end est devenue une marchandise comme une autre.

 

Derrière le tourisme, il y aussi le pouvoir. L’individu se pense citoyen dans sa ville et consommateur dans les autres. Mais nos maisons aussi ont besoin de nous, pas seulement Microsoft. Elles ont besoin de notre travail, de notre créativité. Il existe un marché parallèle dans lequel les villes sont classées par indice de pouvoir (avec aux premiers rangs, dans l’ordre, New York, Londres, Paris puis Tokyo), indice directement lié à l’identité marquetisée de ces villes. L’influence de la marque sur le pouvoir d’une ville reste néanmoins assez floue. Les villes puissantes aussi ont-elles besoin d’équipes marketing, ou est-ce le lot des seules villes secondaires, désespérées de jouer un jour dans la cour des grands ?

 

 

Recommandation: 

« Pilotant  l'équipe de traduction en 2010 et 2011 pour la revue bilingue l'Architecture Aujourd'hui, j'ai fait appel à Mathieu Jacquet pour le numéro 378. Il a livré un excellente traduction de l'anglais vers le français avec un délai parfaitement respecté. »
Patricia Mauduit Macaigne, coordinatrice traduction (2010-2011), L'Architecture d'Aujourd'hui

Site Internet: 
www.larchitecturedaujourdhui.fr